Arten suchen

Zone d'étude

Les milieux naturels

Qu'est-ce qu'un milieu naturel?

Image satellite de la Suisse avec le milieu d'ordre 1 (2e ordre
aussi dans les Alpes). Dans l'agrandissement, les zones et
les lieux mentionnés dans le texte sont étiquetés.
Source de l'image satellite: ESA / Eurimage / swisstopo, NPOC.

Un milieu naturel se distingue par son adaptation aux conditions naturelles telles que le relief, la géologie, le climat, l'eau et la végétation.

Les trois milieux naturels principaux

On considère ici l'ancienne division de la Suisse en trois zones, Jura, Plateau et les Alpes, comme décrite en détail par Good Son (1973). Pour la cartographie des bryophytes, ces sections ont cependant été légèrement modifiées par endroits. Dans ce chapitre, seules les Alpes ont été différenciées en milieux naturels de 2e ordre. Par ailleurs, presque toutes les données floristiques concernant les bryophytes peuvent être classées dans une des 413 zones naturelles appartenant au 3e ordre. Des critères spécifiques ont d'ailleurs été assignés à ces zones (Urmi & Schnyder, 1996), comme par exemple leur superficie qui s'étend, à une exception près, de plus de 50 km2 à moins de 150 km2.

La vallée du Haut-Rhin pourrait encore être divisée entre Jura et Bâle. En effet, ces deux parties se différencient nettement par leur altitude, leur géologie, leur climat et leur développement et en tant que paysage anthropogène. Il en va de même pour le Mendrisiotto, une région située à la pointe extrême sud de la Suisse dans les collines de la bordure nord de la Pianura Padana (vallée du Pô). Toutefois, en raison de leur petite taille, ces deux régions ne sont pas traitées en détail et sont incluses dans la zone naturelle principale correspondante.

Bibliographie

Gutersohn, H. 1973: Naturräumliche Gliederung, 1 : 500'000. — In: Imhof E. (ed.) 1965-1981. Atlas der Schweiz, Bl. 78. Eidgenössische Landestopographie, Wabern-Bern.
Urmi E., Schnyder N. 1996. Puzzle statt Schach. — Vierteljahrsschrift der Naturforschenden Gesellschaft in Zürich 141,3: 123-131.
Auteur: E. Urmi  1.2011    Traductrice: A. Cailliau